C'est quoi un perturbateur endocrinien ?

Claire Plekhoff Santé

Vous avez déjà certainement entendu ce terme, sans savoir ce que c’est vraiment. Les perturbateurs endocriniens sont des substances utilisées entre autre en cosmétique, qui peuvent être toxiques et qu’il est donc préférable d’éviter. Analyse et explications à la portée de tous, par une passionnée de cosmétiques !

De quoi parlons-nous ? 

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les perturbateurs endocriniens sont « une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)-populations ». En clair, ce sont des substances la plupart du temps chimiques, pouvant modifier le système hormonal d’une personne et de sa descendance. Il est donc encore plus important pour les femmes enceintes de faire preuve de vigilance. Le problème, c’est que les perturbateurs endocriniens sont présents dans beaucoup de produits d’hygiène tels que les soins visage, le gel douche, ou encore le dentifrice. Leur présence multiple et en plus sur le long terme aura une interaction très néfaste sur le système hormonal.

Quelles sont les conséquences potentielles ? 

Les différentes répercussions des perturbateurs endocriniens sont propres à chacun d’eux. Même si ces substances sont de plus en plus étudiées, la science ne cerne pas encore complètement distinctement leurs effets nocifs. Cependant, ils sont tout de même soupçonnés d’avoir des effets néfastes sur la fertilité, sur le développement de cancers, notamment hormonodépendants (testicule, sein…). Ils seraient aussi responsables de troubles cérébraux, et joueraient un rôle concernant les phénomènes d’obésité et de diabète.

Comment je sais s’il y en a dans mes produits ? 

Bien planqués, et pour nous compliquer un peu la tâche, ils se cachent dans les listes d’ingrédients des produits, parfois sous des synonymes. Voici une liste simplifiée par catégories afin de faire le tri et ne retenir que l’essentiel.

  • Les parabènes, utilisés comme conservateurs. Ce sont les plus connus et on les retrouve sous les appellations methylparaben, ethylparaben, butylparaben, propylparaben. Il faut faire attention à la mention « sans paraben », car ils peuvent être remplacés par le methylizothiazolinone, également nocif et très allergène.
  • Les silicones, utilisés pour créer de la texture. Ils sont plus complexes à reconnaître et leur dénomination termine par -methicone ou -siloxane. Exemple : dimethicone, cyclomethicone, cyclotetrasiloxane, cyclopetasyloxane.
  • Le phenoxyethanol, utilisé comme conservateur. Il est facile à reconnaître car son nom ne change pas dans les listes d’ingrédients.
  • Le triclosan, utilisé comme antibactérien. Facile également à reconnaître, il ne change pas de nom.
  • Les phtalates, utilisés comme agents fixateurs. On les retrouve surtout dans les parfums synthétiques. Ils se nomment benzylbutyl phtalate, dibutyl phtalate, diethyl phtalate.
  • Le BHA, utilisé comme conservateur antioxydant. Il est rarement présent mais classé comme « cancérigène possible ». Il se nomme butylated hydroxyanisole.
  • Le BHT, utilisé comme antioxydant en remplacement au BHA mais il est également soupçonné de créer des déséquilibres hormonaux. Son nom dans la liste des composants (INCI) ne change pas.
  • Les alkylphenols, utilisés comme émulsifiant. On les retrouve sous nonylphenol, nonoxynol.
  • Le lilal, utilisé comme parfum. On le retrouve sous butyl phenyl methylpropional.
  • Les filtres chimiques à UV, utilisés comme filtre UV. Ils ne sont pas présents uniquement dans les produits solaires mais aussi dans les crèmes de jour, sticks lèvres, produits de maquillage pour le teint… On les retrouve sous ethylexhyl methoxycinnamate, benzophenone-1, 2, 3 ou 4, methylbenzylidene camphor.

Quelle est la solution ?

La plupart du temps, il vous faudra lire scrupuleusement les étiquettes. Certains produits arborent une étiquette « sans silicones » ou « sans parabènes » mais cela n’exclut en rien la présence d’autres perturbateurs endocriniens. Il faut également vérifier les étiquettes des produits labellisés biologiques car cette mention ne signifie pas que ces substances sont absentes du produit en question.
Mais, admettons tout de même qu’il y a plus simple… ;-) chez Biotanie, nous avons exclu tous les perturbateurs endocriniens ; il est inconcevable pour nous d’appliquer sur la peau des substances néfastes. Chez nous, un soin cosmétique est un investissement corporel

Sources :
https://www.quechoisir.org/conseils-ingredients-indesirables-dans-les-cosmetiques-vos-questions-nos-reponses-n43708/
Image : pixabay.com


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés.